Citoyenneté et jeunesse

Toutes les Nations du monde chérissent dans le tréfonds de leurs désirs, la volonté de revêtir le manteau d’un Etat fort, prospère et glorieux. La matérialisation d’un tel idéal repose sur un certain nombre d’éléments fondamentaux qui requièrent la symbiose parfaite d’une véritable conscience et action collective. De cette interpellation collective, se dévoile dès lors, le rôle majeur que jouent les citoyens dans la société à laquelle ils appartiennent.

Cependant, au regard des multiples dérives découlant des comportements égoïstes, immoraux et antipatriotiques observés chez certains individus, les sociétés contemporaines connaissent une crise profonde des valeurs citoyennes. Crise qui affecte au premier rang l’éthique citoyenne des populations jeunes et qui dans ses ravages, constitue un danger pour la bonne marche « des affaires de la citée ». Du fait de ces tares qui détournent les jeunes de leur responsabilité notamment, de leur participation dynamique à la réalisation des actions destinées à impulser le développement social, économique et culturel de leurs pays et qui dans la même lancée dévastatrice menacent l’ordre établi ainsi que la santé et la prospérité sociale, l’on observe la mise en place d’un certain nombre de mécanismes à portée thérapeutique afin d’y remédier. L’on observe dès lors au rang des moyens mis en place dans l’optique de combattre la déchéance morale en milieu jeune et en vue de transmettre des points de repères sains à la jeunesse que l’on veut respectueuse des vertus civiques, un recours aux canons de « l’éducation à la citoyenneté ».

Dans la démarche pédagogique qui est sienne, cette éducation citoyenne s’effectue sur les individus pris de manière individuelle ou collective et apparait dans sa vision définitionnelle comme un processus visant à faire acquérir des connaissances et des savoirs destinés à permettre à l’individu de mettre les compétences acquises en pratique en vue d’accéder à « une citoyenneté consciente, critique, et active ». Aussi revêt-elle un intérêt majeur dans le processus éducatif de la jeunesse.

UN MOTEUR EFFICACE D’EDUCATION ET DE PRISE DE CONSCIENCE POUR LES JEUNES

Le Concept de « Citoyenneté » et sa Vision Pédagogique à l’égard de la Jeunesse. Désignant dans sa substance étymologique au regard de l’Antiquité grecque et romaine, l’appartenance à « une cité » par le biais de son hérédité, son aisance matérielle ou de la résultante d’un mérite, le concept de citoyenneté confère dans toute sa noblesse aux citoyens, un certain nombre de droits, de libertés et de devoirs définis par la législation propre à chaque Etat ou Communauté politique. Dans cette logique reposant sur les valeurs libérales et démocratiques reconnues au peuple, les jeunes constituent des citoyens à part entière et jouissent par conséquent d’un ensemble de droits civiques conformément aux dispositions de la loi ce, au même titre que leurs aînés.L’éducation à la citoyenneté quant à elle constitue le processus par excellence, de transmission des valeurs communes et des idéaux démocratiques susvisés auxdits citoyens. Dans son envol didactique, elle lance un appel au peuple, l’invitant à faire preuve de civisme et de patriotisme.La Portée Bénéfique de l’éducation Citoyenne Pour L’épanouissement de la JeunesseL’épanouissement du jeune dans ce cadre se justifie par les libertés et les droits qui lui sont reconnus du fait de sa qualité de citoyen. L’éducation à la citoyenneté revêt dès lors moult intérêts et constitue une opportunité réelle pour la jeunesse dans son ensemble car, comme l’a souligné Jules Ferry, il s’agit d’une « citoyenneté active ». Ladite citoyenneté se devant de permettre à tout individu, l’accès au savoir, à la culture ainsi que la jouissance d’un certain nombre de libertés en vue de participer de manière active à la mise en place « d’une politique de grandeur et de prestige national».L’éducation citoyenne occupe dès lors une place majeure dans la mise en place des mécanismes de sensibilisation et de transmission des repères communs aux jeunes afin qu’ils puissent devenir des acteurs incontournables dans les processus de transformation et de prospérité sociale. L’on est d’ailleurs bien aises de noter une kyrielle de retombées positives liées à cette éducation à la citoyenneté qui, permet aux jeunes par le biais de ses idéaux :-d’acquérir un sentiment d’appartenance à la communauté et le souci de l’intérêt général ;- de connaître leurs droits et devoirs, de les exercer et de les faire respecter ;- de promouvoir la culture de la paix, les valeurs démocratiques et le respect des institutions ;-de cultiver la tolérance et la solidarité nationale en vue d’une bonne cohésion sociale ;-de prendre des risques positifs, d’opérer des choix et de prendre leurs responsabilités en vue de construire un avenir meilleurs pour eux et leurs familles ;- de mettre en évidence leurs potentialités en vue de leur participation dynamique à la vie publique et à la bonne marche de la société;- de développer un esprit de leadership à l’effet de promouvoir leur intégration et d’impulser leur développement ;-d’acquérir des savoir-faire et savoir-être en vue de renforcer le respect des droits de l’homme ;-et de se munir des outils nécessaires à la sauvegarde d’un véritable Etat de droit.

L’OPPORTUNITE D’UNE EDUCATION CITOYENNE

Moult analyses effectuées au sein de la société ont révélé la présence d’un ensemble de périls à la citoyenneté, état qui justifie à suffisance la nécessité de renforcer les mécanismes destinés à l’éducation des populations en matière de citoyenneté. Plusieurs obstacles entravent de ce fait l’exercice par les citoyens de leurs droits et devoirs. Aux rangs des dits obstacles l’on distingue les problèmes liés à la crise des valeurs morales en milieu jeune, au manque d’intérêt observé chez certains individus pour les affaires de la citée, à la méconnaissance par certains de leurs droits et devoirs du fait de l’absence d’un suivi éducatif résultant des difficultés d’ordre financier que connaissent les ménages. Se rangent également dans ce schéma de figure, les entraves liées à l’irresponsabilité et le refus de se conformer aux exigences civiques, les problèmes de communication et l’analphabétisme des populations.Outre les éléments substantiels susvisés, il convient également de faire état des comportements antipatriotiques et des dérives aux normes en vigueur observés chez certaines populations, d’où l’opportunité et la nécessité de faire appel aux enseignements dispensés aux populations au moyen d’une éducation citoyenne.

 

Rédigé par : Nathalie Kouotou Pemboura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *